L'Histoire portée à l'écran

Princesse Marie

Téléfilm franco-autrichien en deux parties de Benoît Jacquot, sorti en 2004

Avec Catherine Deneuve, Heinz Bennent et Anne Bennent


L’Histoire : Arrière petite-nièce de l’empereur Napoléon Ier, Marie Bonaparte (1882-1962), princesse de Grèce et du Danemark, se rend à Vienne en 1925, pour consulter Sigmund Freud, le célèbre psychanalyste, au sujet de ses problèmes de frigidité sexuelle. Au fil des années, Freud devient son mentor et son ami, Marie ayant décidé de devenir à son tour psychanalyste. Célèbre, indépendante et riche, Marie Bonaparte use de sa position sociale – et de sa fortune – pour promouvoir les théories scientifiques de Freud, et soutenir son travail. Elle a traduit ses livres en français, et, en 1938, elle se bat afin qu’il puisse fuir l’Autriche et la montée du nazisme, pour se réfugier à Londres. Après la mort de son mentor, Marie Bonaparte poursuivra son oeuvre…

Mon avis : Ce téléfilm nous fait entrer dans l’univers de la princesse Marie, et nous fait découvrir l’enfance et la jeunesse traumatisante de la jeune femme : orpheline de mère à la naissance, Marie est considérée comme un trésor par sa grand-mère paternelle, et comprend très vite que si elle meurt, la famille de son père perdrait tout l’héritage laissée par sa mère, Marie-Félix Blanc. Déçue par son mariage avec Georges de Grèce, la jeune femme aura vite un besoin d’indépendance et de liberté mais, angoissée par ses souvenirs d’enfance, elle se sent incomprise par les siens. Le téléfilm retrace sa rencontre et son amitié avec Sigmund Freud, en qui la princesse met ses derniers espoirs. J’ai vraiment apprécié ce téléfilm, dans lequel on découvre une Marie Bonaparte touchante, et pas vraiment fière d’être de la même famille que l’empereur Napoléon, qu’elle considérait comme un “assassin monumental” !

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités

Laisser un commentaire