A la cour d'Angleterre

Anne Boleyn, épouse et victime d’Henry VIII

Née vers 1501 (certains historiens avancent l’année 1507) en Angleterre dans le comté de Norfolk, Anne Boleyn est la fille de Thomas Boleyn et d’Elisabeth Howard. La jeune fille fait son éducation aux Pays-Bas avant de partir pour la France. En effet, la ravissante Anne fait partie de la suite qui accompagne la jeune Marie “Rose” Tudor (sœur du roi d’Angleterre Henry VIII) en France, lorsqu’elle épouse le roi Louis XII, en 1514. Anne n’est pas d’une grande beauté mais possède un charme naturel,  qui la  met en valeur, et elle se fait très vite remarquer à la cour de France. A la mort de Louis XII en 1515, son cousin, François d’Angoulême, monte sur le trône sous le nom de François Ier. Anne devient alors dame de compagnie de la nouvelle reine, Claude de France, et joue les interprètes lorsque la cour française reçoit un représentant anglais. Ayant entendu parler de sa grande beauté, – notamment par sa sœur Mary Boleyn qui fut un temps sa maîtresse – Henry VIII obtient du roi de France qu’Anne soit attachée au service de la reine d’Angleterre, Catherine d’Aragon. Ainsi, en 1522, Anne Boleyn s’en retourne en Angleterre, ayant terminé son éducation. Depuis 1509, le roi d’Angleterre est marié à l’Infante de Castille qui ne lui a donné que des enfants morts en bas âge à l’exception d’une fille prénommée Mary. Épris d’Anne, Henry VIII désire en faire sa favorite, et dés 1525, il la couvre de cadeaux et de lettres enflammées, bien qu’il n’aime pas particulièrement écrire.

7038375.jpg
Anne Boleyn, par l’école anglaise, vers 1525

 Or, au lieu de succomber, Anne Boleyn quitte la cour et fait entendre au roi qu’elle ne veut pas être qu’une maîtresse qu’il finira par délaisser pour une autre : elle résiste à ses avances. Pour l’avoir, Henry VIII doit l’épouser. Etant soucieux d’avoir une descendance, Henry VIII demande au Pape Clément VII de bien vouloir faire annuler son union avec Catherine d’Aragon afin qu’il puisse convoler avec Anne Boleyn. Ce dernier refuse : le mariage ayant été consommé et n’ayant pas été stérile, il est impossible de le dissoudre. De plus, le roi d’Espagne, Charles Quint, neveu de Catherine d’Aragon, menace le Pape d’envahir Rome si ce dernier cède au roi d’Angleterre. Furieux, enry VIII passe outre, abandonne la religion catholique et épouse Anne le 25 janvier 1533, après avoir répudié Catherine d’Aragon. L’année précédente, Henry VIII avait titré Anne Boleyn marquise de Prembroke, celle-ci devenant la première femme à être anoblie sans passer par un héritage.

Très vite la nouvelle reine est enceinte : le 3 septembre 1533, Anne met au monde l’enfant tant attendu par Henry VIII. Tout le monde s’attend à un fils et le roi est d’ailleurs persuadé que sa reine n’a pu lui faire qu’un garçon. Hélas, c’est une fille qu’on baptisera Elisabeth en mémoire de la mère du souverain. Mais ce dernier est extrêmement déçu par la naissance d’une fille et n’assiste pas au baptême de l’enfant. Certains parlent d’une punition de Dieu, qu’Henry VIII a renié pour devenir chef de l’Eglise Anglicane et épouser Anne Boleyn. D’ailleurs, si on en croit les rumeurs de l’époque, Anne, qui n’est pas d’une grande beauté, aurait ensorcelé le roi. La nouvelle reine s’emporte facilement, est d’un tempérament coléreux, ce qui fait regretter au peuple la généreuse et discrète Catherine d’Aragon.  Les détracteurs d’Anne Boleyn prétendent qu’elle  aurait une verrue dans le cou, un sein plus gros que l’autre et un sixième doigt à la main gauche.  En août 1534, la reine fait une fausse-couche : l’enfant était de sexe masculin. Henry VIII est-il victime d’une malédiction ? Le 29 janvier 1536, Anne Boleyn fait une nouvelle fausse-couche… encore une fois, il s’agit d’un garçon.  Pour le roi s’en est trop : il semble bien que la reine soit incapable de donner un héritier mâle à la couronne. Il se détourne de son épouse, passant de plus en plus de temps avec la jeune Jane Seymour, appréciée par beaucoup à la cour à l’inverse d’Anne qui compte de nombreux ennemis.

7038526.jpg
Portrait d’Anne Boleyn, attribué à Marcus Gheeraerts le Jeune (XVIIe siècle)

En mai 1536, la reine est enfermée à la Tour de Londres : on l’accuse de sorcellerie – son sixième doigt en est la preuve, d’avoir envoûté le roi et voulu l’empoisonner, d’avoir envisagé de tuer Catherine d’Aragon et d’avoir commis l’adultère ainsi que l’inceste : en effet sous la torture, le musicien favori de la reine avoue être son amant. Quant à l’inceste, elle l’aurait commis avec son frère, George Boleyn, vicomte de Rochford. Les accusations émanent de l’épouse de ce dernier, Jane Parker. Condamnée à mort, Anne Boleyn est décapitée à l’épée le 19 mai, deux jours après son frère et mille jours après son mariage avec Henry VIII.

Catherine d’Aragon étant morte en janvier, le roi d’Angleterre épouse dès le lendemain, le 20 mai, sa favorite Jane Seymour. Avant de mourir, Anne Boleyn avait déclaré être innocente des crimes dont on l’accusait et qu’elle n’avait jamais été infidèle au roi. Pour le peuple, et surtout pour le roi Henry VIII, la jeune femme était indigne d’être reine car elle avait manqué à sa tâche : donner un fils vivant à l’Angleterre. Bien que le roi en était amoureux, Anne Boleyn n’avait pas été à la hauteur. En 1542, Jane Parker est elle-aussi exécutée avec la cinquième épouse d’Henry VIII, Catherine Howard, (accusée d’infidélité) car elle aurait été la complice de la reine. Avant de mourir, Jane Parker déclare : “Je suis innocente du crime dont on m’accuse mais je meurs justement car j’ai menti, jadis, en accusant d’inceste mon mari George et la reine Anne“. Après la mort d’Henry VIII en 1547, son unique fils (que lui a donné Jane Seymour) monte sur le trône d’Angleterre sous le nom d’Edward VI. Il meurt en 1553 à 15 ans sans laisser d’héritier. La couronne passe alors à Mary Ire, fille aînée d’Henry VIII et de sa première épouse Catherine d’Aragon. Celle-ci disparaît en 1558 sans enfant. L’ héritière de la couronne n’est autre qu’ Elisabeth, fille d’Anne Boleyn, qui deviendra la légendaire “reine vierge”  sous le nom d’Elisabeth Ire, et qui régnera jusqu’en 1603.

Anne Boleyn à la Tour de Londres, par Edouard Cibot  (1835)
Anne Boleyn à la Tour de Londres, par Edouard Cibot (1835)

L’histoire d’Anne de Boleyn ne devait pourtant pas s’arrêter là. Après son exécution, on ne trouve pas de cercueil pour la reine. Son corps est alors déposé dans une boite trop petite, puis enterré à la hâte sous la chapelle Saint-Pierre, dans la Tour où la reine déchue avait fini ses jours. En 1864, la victime d’Henry VIII commence à faire trembler l’Angleterre : durant une nuit d’hiver, une sentinelle aperçoit son fantôme, une forme blanche flottant dans un épais brouillard. La dernière apparition d’Anne Boleyn date de 1936, quatre cents ans après sa mort : un garde aurait vu une femme sans tête dans un des couloirs de la tour.  Bien souvent, le fantôme de la reine a été aperçu dans la chapelle sous laquelle se trouve son corps. La Tour de Londres devait encore refermer bien des gens assassinés et devint la “Tour Sanglante”…

Articles associés :

– La couronne d’Angleterre fait le malheur des reines 

– Les portraits d’Elisabeth Ire : une propagande

–  Elisabeth Ire,  reine mythique de l’Angleterre

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités

Laisser un commentaire