Les enfants royaux

12.Marie-Zéphyrine, soeur de Louis XVI

Marie-Zéphyrine de France naît le 26 août 1750. Sa naissance met fin aux rumeurs concernant  la stérilité supposée de sa jeune mère, Marie-Josèphe de Saxe. En effet, la dauphine a déjà connu une fausse couche en 1748 puis en 1749, ce qui faisait craindre que  la dauphine ne puisse mener une grossesse à terme. A la cour de France, tout le monde attend la naissance d’un fils pour assurer la dynastie, le dauphin étant fils unique.  Malgré les prières, Marie-Josèphe accouche d’une petite fille. La dauphine réalise de suite qu’il ne s’agit pas du garçon tant attendu, à voir le visage de ses proches. Trop confiant sur le sexe de l’enfant à venir, le peinture Charles-Joseph Natoire a commis l’imprudence de réaliser, avant la royale naissance, un portrait allégorique où le ciel amène le fils du dauphin sur la terre. Sur le tableau, l’enfant porte même le cordon bleu, réservé à l’héritier du trône, que le peintre doit effacer après la naissance de Marie-Zéphyrine. La trace du royal cordon bleu, effacé à la hâte, est d’ailleurs toujours visible.

"Allégorie de la naissance de Marie-Zéphyrine de France", par Charles-Joseph Natoire
“Allégorie de la naissance de Marie-Zéphyrine de France”, par Charles-Joseph Natoire

Selon les témoins, l’enfant ressemble beaucoup à sa mère, la dauphine, qui la compare, avec amusement, à un petit dragon : “Elle est fort petite et encore plus délicate, elle est fort laide, on dit qu’elle me ressemble comme deux gouttes d’eau, du reste fort volontaire et méchante, comme un petit dragon”.  

       Marie-Zéphyrine, par Jean-Marc Nattier (vers 1751)

Marie-Zéphyrine est couramment appelée “la petite Madame”. C’est une enfant charmante et vive d’esprit, qui a très vite un penchant pour la danse. Elle s’entend particulièrement bien avec son frère, le duc de Bourgogne, d’un an plus jeune qu’elle. Hélas, au matin du 2 septembre 1755, Marie-Zéphyrine est prise de convulsions et meurt au bout de quelques heures, juste après avoir reçu le baptême.  Sa disparition chagrine beaucoup le jeune duc de Bourgogne, son fidèle compagnon de jeux. 

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités