Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - Dimitri II : un imposteur devenu Tsar
Histoire de France
Histoire du monde
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
245 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 2762175 visiteurs

 14 visiteurs en ligne

 A la mort d’Ivan IV - dit "Le Terrible" - en 1584, son fils cadet devient tsar sous le nom de  Fédor Ier. Cependant, Fédor n'a pas les qualités de son défunt frère, Ivan, tué accidentellement par leur père en 1581 : le nouveau tsar est "simple d'esprit, peu apte aux affaires politiques et superstitieux à l'extrême". Le peuple surnomme Fédor "le sonneur de cloches" car sa grande passion est de réfugier dans les clochers et d'en sonner les cloches ! A l'âge de 25 ans, il se comporte toujours comme un enfant, sans être atteint d’idiotie. Pour la première fois en Russie, le tsar ne gouverne pas, au profit d'un conseil de Régence  qui voit la montée en puissance du beau-frère et conseiller de Féodor : Boris Godounov.  Dès 1587, ce dernier assure seul le pouvoir, ayant neutralisé ou éliminé les autres conseillers du tsar. De son union avec sa sœur, Irène Godounov, Fédor Ier n’a toujours pas d’enfant et son successeur demeure son jeune demi-frère, Dimitri. Né en 1583, il est le dernier fils d'Ivan le Terrible, issu de son union avec Maria Nagaïa. Considéré par de nombreuses personne comme le futur tsar de Russie. Or, en 1591, l’enfant est retrouvé mort égorgé. La rumeur accuse de suite Boris Godounov d’avoir fait assassiner le tsarévitch pour s’approprier le pouvoir après la mort de Fédor. Officiellement, Dimitri est mort accidentellement : pris d’une crise d’épilepsie alors qu’il jouait avec un couteau, l’enfant est tombé et, glissant sur la lame, s’est tranché la gorge ! Bien que cette explication semble douteuse et que certains continuent de croire à un assassinat, l’affaire semble close. Comme il était prévisible, à la mort de Fédor en 1598, Boris Godounov se fait élire tsar par les états généraux. Cependant, le nouveau tsar devient vite impopulaire : réformateur, il  choque son peuple par sa tolérance religieuse et son souhait de se rapprocher de l’Occident. En légalisant le servage, le tsar s’attire également  la haine des paysans. De 1601 à 1603, la famine ravage la Russie et Boris Godounov doit faire face à un pays ravagé par les morts, les désordres et les nombreux pillages.
 

Dimitri II,  par  Szymon Boguszowicz (vers 1606)
 
En 1604, un jeune homme arrive à Moscou, prétendant être le tsarévitch Dimitri. Le peuple, mécontent de Boris Godounov, se rallie à lui. A la cour de Russie, Dimitri trouve des appuis militaires et rassemble autour de lui toutes les classes sociales (paysans, grands propriétaires, Boyards…) qui ne soutiennent plus le tsar. Le crédit de Dimitri est renforcé par les dires de Maria Nagaïa, qui affirme reconnaître son fils. En avril 1605, Boris Godounov meurt subitement. Des rumeurs d’empoisonnement - et même de suicide - circulent mais le tsar défunt n’est pas regretté. Son fils unique de seize ans lui succède sous le nom de Fédor II mais, ne parvenant pas à s’imposer, il est assassiné avec sa mère le 20 juin. Dimitri est alors proclamé tsar de Russie et, dans un premier temps, il poursuit la politique menée par Ivan le Terrible (afin, sans doute, d'affirmer sa légitimité). Reconnu pour son intelligence, Dimitri II devient pourtant vite impopulaire à cause de ses réformes sociales et économiques ainsi que sa sympathie pour l’Occident, qu’il exprime à travers ses pratiques catholiques, ce qui choque la noblesse orthodoxe. En mai 1606, Dimitri II épouse Marina Mniszek, de noblesse polonaise. L’union est désapprouvée par le peuple russe qui a l’impression de se faire envahir par l’Europe. Quelques jours plus tard, le 16 mai, le tsar est renversé et égorgé. Aussitôt, Maria Nagaïa renie ses déclarations précédentes et reconnaît Dimitri II comme étant un usurpateur. Ce faux Dimitri était bien un imposteur du nom de Grégori Otrepiev, né en 1582 et au service de la famille Romanov. En 1607, un homme jette de nouveau le trouble en prétendant être Dimitri II, miraculeusement vivant malgré son « assassinat » l’année précédente ! Reconnu par Marina Mniszek, dont le seul objectif est d’être tsarine, ce deuxième faux Dimitri est assassiné en 1610. Quant à Marina Mniszek, enceinte lors du "second assassinat" de son mari, elle décède en prison en 1614. Son fils, né posthume, est exécuté cette même année. La Russie ne retrouve sa stabilité qu’avec l’élection, en février 1613, du nouveau tsar, Michel Romanov, premier monarque d’une dynastie qui régnera plus de trois siècles.


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Vous êtes ici :   Accueil » Dimitri II : un imposteur devenu Tsar