Les enfants naturels de Louis XV

04. Agnès-Lucie Auguste

Née le 14 avril 1761, Agnès-Lucie est la fille de Lucie Madeleine d’Estaing et de Louis XV. La preuve en est qu’elle fait partie des sept jeunes personnes qui reçoivent des lettres d’anoblissement de la part de Louis XVI, en août 1774. Comme ses demi-frères et demi-sœurs, Agnès-Lucie reçu elle aussi un capital de 223.000 livres, constitué par son père, Louis XV. Mais officiellement, la petite Agnès-Lucie est baptisée comme étant la fille de Lucie Citoyenne et de Louis Auguste, personnages fictifs mais dont les noms peuvent nous faire sourire.

Portrait supposé d'Agnès-Lucie de La Réale
Portrait supposé d’Agnès-Lucie de La Réale

Élevée elle-aussi au couvent de Chaillot loin de ses parents, Agnès-Lucie épouse, le 5 décembre 1777, le vicomte Charles de Boysseulh, écuyer du roi. Ce dernier est le neveu de François de Boysseulh, qui a épousé, en 1768, Lucie Madeleine d’Estaing ! Agnès-Lucie devient donc, par son union, la nièce de sa mère. De son époux, Agnès-Lucie aura deux fils  :

– Charles Gabriel Théophile (1780-1859), marquis de Boysseulh. Il épouse Charlotte Armande de Lavalbousquet de Boreau en 1816 (dont postérité)
– Frédéric Alphonse (1782-1844). Il épouse Octavie de Lavalbousquet de Boreau en 1813 (sans postérité)

Arrêté durant la Révolution, Charles de Boysseulh est condamné à mort. Il échappe à l’échafaud avec la chute de Robespierre.  Veuve en 1808, Agnès-Lucie décède le 4 juillet 1822 à l’âge de 61 ans. Sa postérité masculine s’éteint en 1955.

Pour en savoir plus : “Les bâtards de Louis XV et leur descendance” de Joseph Valynseele et Christophe Brun

Batards_louis_XV.bmp

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités