Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - Marie Touchet et la Saint-Barthelemy
Histoire de France
 ↑  
Histoire du monde
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
224 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 2196944 visiteurs

 79 visiteurs en ligne

On vous dira que le massacre de la Saint-Barthélemy était un règlement de compte entre les catholiques et les protestants. Que surement le bain de sang a eu lieu car les ducs de Guises demandaient le trône de France. Que c’est Catherine de Médicis qui l’a prémédité en organisant le mariage de sa fille Marguerite avec Henri de Navarre. Tout cela est peut être vrai, a surement pesé dans la balance. Mais qui oserait confier qu’à l’origine de ce massacre il y a une femme ? Et pas n’importe laquelle. Non ce n’est pas une femme assoiffée de sang et sans cœur. Au contraire, c’est la  "reine de cœur" du roi Charles IX. C’est la discrète et l’aimante Marie Touchet qui, sans trop le vouloir, est l’élément déclencheur de la Saint-Barthélemy.

touchet_marie.jpg
Marie Touchet, favorite de Charles IX

La maîtresse du roi est huguenote et, sachant que Charles l’aime aveuglement (bien qu’elle n’en profite pas), Marie encourage son amant à se rapprocher de l’Amiral Gaspard de Coligny, chef des huguenots. Coligny bénéficie d’une grande faveur royale de la part du roi, qui voit en lui un second père. L’Amiral est traité comme s'il était un prince de sang, à la grande colère de Catherine de Médicis qui déteste Coligny. Au début de l’été 1572, Coligny propose à Charles IX de soutenir les flamands contre les espagnols et de faire la guerre à Philippe II d’Espagne. Catherine désapprouve celui qui est soutenu par la maîtresse de son fils. Le 22 aout, Coligny échappe à un attentat où il est tout de même blessé par un certain Charles Maurevert. Certains voient bien la reine-mère cachée derrière tout cela, cherchant à se débarrasser de Coligny qui influence trop, à son goût, Charles IX. Mais dés lors que cet assassinat est manqué, le bain de sang ne peut être évité. Catherine avoua-t-elle au roi qu’elle avait trempé dans l’attentat ? Le duc d'Anjou, futur Henri III, a probablement une part de responsabilité dans la tentative d'assassinat : l’arquebuse qui a blessé Gaspard de Coligny appartenait à un garde du corps du frère du roi. Ce qui est certain, c’est que Catherine de Médicis craint une vengeance de la part des protestants qui soutiennent Coligny. Après l'attentat contre son ami,  Charles IX aurait été victime d’une crise de nerfs, tandis que sa mère lui disait que Coligny était un traître et devait mourir ainsi que tous les chefs du parti huguenot. Le tempérament violent de Charles reprend le dessus et il se serait écrié "Il faut les tuer tous afin qu’il n’en ait pas un seul pour me le reprocher un jour !" A l’exception du roi de Navarre et du prince de Condé (qui auront le choix entre "Messe, mort ou Bastille") tous les protestants présents dans Paris (ils sont venus en masse pour le mariage d’Henri de Navarre avec la princesse Marguerite) sont assassinés. Parmi les premières victimes, on trouve Coligny. Ainsi dans la nuit du 23 aout 1572, les catholiques massacrent les calvinistes alors que la sœur du roi s’est mariée quatre jour plus tôt. Bien que Charles IX ait ordonné le massacre, il l’a fait à contre cœur. Après la tuerie, le roi demeure longtemps abattu et prostré, se sentant sans doute responsable de la mort de plusieurs centaines d’hommes, femmes et enfants protestants. Catherine de Médicis ne montrera aucun remord face à ce drame, niant toujours une quelconque implication de sa part. Selon Agrippa d’Aubigné, la reine-mère alla jusqu'à faire embaumer la tête de son ennemi Coligny et l’envoya au Pape ! Ainsi Marie Touchet, qui était à l’origine de l’élévation de Coligny fut, par cet acte, à l’origine de la Saint-Barthélemy. 

6629731.jpg
Le massacre de la Saint-Barthelémy par François Dubois



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Vous êtes ici :   Accueil » Marie Touchet et la Saint-Barthelemy