Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - Louis de France, fils de Louis XIV
Histoire de France
Histoire du monde
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
235 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 2497900 visiteurs

 56 visiteurs en ligne

Le 1er novembre 1661, la jeune reine Marie-Thérèse d'Autriche met au monde le premier de ses six enfants, un garçon, que ses contemporains nommeront "Monseigneur".  Celui que nous connaissons sous le surnom du "Grand Dauphin" est le seul enfants du couple royal à atteindre l’âge adulte. Il est présenté au peuple par un Louis XIV triomphant d’avoir aussi vite un héritier. Baptisé le 24 mars 1668, le dauphin reçoit le prénom de son père et de son grand-père. Enfant chéri de ses parents il doit quitter la compagnie de sa mère  - et de ses nourrices - dés l’âge de 7 ans pour être formé et éduqué en tant que futur souverain. Louis XIV nomme le duc de Montausier et Bossuet respectivement gouverneur et précepteur du dauphin. Cependant, l'éducation très sévère qu'on inculque au jeune prince le détourne vite des études, qu'il prend en horreur, malgré une vive intelligence qu'on lui connaît depuis ses plus jeunes années. Pour son entourage " il mettait son application à oublier tout ce qu’on lui enseignait". Son éducation strict apprend davantage au dauphin l'art de se soumettre plutôt que celle de gouverner. Ecrasé par la magnificence de son père, le prince préfère délaisse ses études pour pratiquer la chasse. Il apprécie également la musique et collectionnera toute sa vie peintures, pierres et porcelaines. Au sein de la cour, Monseigneur est élevé avec les enfants naturels du roi, que celui-ci a légitimé. Il s'entend particulièrement bien avec la princesse de Conti et Madame la Duchesse, respectivement nées de Mlle de la Vallière et de Mme de Montespan. 

Le 28 janvier 1680, le dauphin épouse Marie-Anne-Christine-Victoire de Bavière, une princesse mélancolique, avec laquelle il a très peu de points communs. La dauphine s'acquittera de sa tâche en donnant trois fils à son époux, avant de s'éteindre en 1690. Lassé très vite de son épouse, Monseigneur prend des maîtresses, qu'il va chercher parmi les filles d'honneur de la dauphine. Le prince aura également une liaison avec une comédienne de la Comédie Française, Mademoiselle Raisin,qui lui donnera une fille naturelle. Après le décès de son épouse, Monseigneur épouse vraisemblablement sa maîtresse, Marie-Thérèse-Emilie de Joly de Choin, de neuf ans sa cadette, fille d'honneur de sa demi-soeur, la princesse de Conti. A l'instar de Louis XIV et de Mme de Maintenon, l'union morganatique du dauphin et de Mlle de Choin restera secrète. 

6240759.jpg
le Grand Dauphin (anonyme)

Dès les années 1680, le roi autorise le dauphin à assister à ses Conseils et lui permet d'y intervenir dès l'année 1688. Ainsi, lorsque la couronne d'Espagne est proposé à son second fils, le duc d'Anjou, Monseigneur appuie la candidature de celui-ci. Le Grand Dauphin a hérité de Louis XIV son gout pour la bonne nourriture, dont il abuse autant que son père et qui fait de lui, selon le duc de Saint-Simon, un prince "absorbé dans sa graisse". Si Louis XIV tient sa petite cour à Marly et sa grande à au château de Versailles, le dauphin réunit ses intimes à Meudon, où il se sent chez lui. Il fréquente également Paris, où il est très populaire.  

Le 9 avril 1711, Monseigneur se trouve mal avant d'aller à la chasse au loup. Victime de violents maux de tête, le dauphin doit s'aliter. Les médecins ne tardent pas à diagnostiquer la petite vérole. Le lendemain, le mal font souffre le dauphin augmente et "on ne doute point qu'il n'ait la petite vérole et peut-être le pourpre". L'état de santé du prince n'inquiète cependant les médecins et son entourage, comme en témoigne la princesse Palatine : " Jusqu'ici la maladie suit bien son cours, la fièvre diminue, les pustules commencent à devenir blanches, nous espérons donc que tout ira bien". Au matin du 14 avril, aucun signe n'alarment ceux qui entourent Monseigneur. Pourtant, dans l'après-midi, le dauphin est au plus mal et meurt brusquement dans la soirée, sans qu'on ait eu le temps de lui  administrer les derniers sacrements.  Tout le monde est consterné, à commencer par Louis XIV "pensa tomber à la renverse" lorsqu'il apprit que tout était perdu pour son fils. Contrairement à l'usage, le corps de Monseigneur n'est pas autopsié en raison de l'état du défunt. La princesse Palatine écrit : "Aussitôt après sa mort, il devint tout noir, ce qui montra que la fièvre pourpre s'était jointe à la petite vérole [...] Son corps répandit ensuite une telle infection qu'on fut obligé de le conduire immédiatement à Saint-Denis, sans aucune cérémonie". S'il est établi que le dauphin est mort d'une forme foudroyante de la petite vérole, certains n'hésitent à parler de poison tant l'état du prince s'est dégradé rapidement. On aurait également constaté juste après qu'il ait expiré qu'une " fumée noire sortie de sa bouche et teignit sa figure de la couleur du poi".  

On  avait prédit  au dauphin qu'il serait "fils de roi, père de roi et jamais roi", prédiction qui se réalise puisque Monseigneur, fils de Louis XIV, est aussi le père du roi d’Espagne Philippe V. Dés l’annonce de sa mort, la cour s’en va faire compliment à son fils aîné le duc de Bourgogne, nouveau dauphin de France. Quelques jours après la disparition du Grand Dauphin, on s’amuse à Versailles comme si de rien n’était. 



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Vous êtes ici :   Accueil » Louis de France, fils de Louis XIV